Comment un comte carolingien, envoyé à Bagdad, aurait pu voyager jusqu'aux extrêmités du monde arrow back

Comment un comte carolingien, envoyé à Bagdad, aurait pu voyager jusqu'aux extrêmités du monde

Vers l'an 796, l'empereur Charlemagne, sur la demande du calife Haroun-al-Rachid, calife abasside de Bagdad, envoya vers sa cour, en tant que représentants et ambassadeurs des Francs, les comtes Adalhard, Gribald et les archevêques Fromilbert et Anglon. Ils prirent la route de terre. Quittant la vallée du Rhin, il traversèrent toute la Germanie méridionale, de ce côté des Alpes, jusqu'aux limites de l'Ostmark (note: le voyage est totalement fictif, même si des ambassades ont eu lieu en direction de l'Empire abasside)

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Avançant aux limites des Alpes, puis obliquant nettement au Sud et franchissant les derniers cols des Niedere Tauern, la troupe arriva dans l'Ostmark. Cette partie de la marche touchait vite aux régions qui avaient récemment été reprises des Avars et il restait encore beaucoup à faire pour pacifier et réorganiser les lieux

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Avançant ensuite dans les territoires tributaires des Slaves de la région, le groupe continua d'avancer le long du Danube, ce grand fleuve qui finit par se jeter dans le Pont-Euxin, à ce que l'on dit. Certains missionnaires de Byzance vinrent, parfois, jusque dans ces contrées

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Laissant les monts du Rhodope sur la droite, les ambassadeurs finirent par arriver dans ces régions qui sont proches de Constantinople et qui en deviennent nettement de ce pays

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Ayant atteint les antiques murailles de Constantinople, les ambassadeurs et les archevêques restèrent quelque temps à Byzance puis ils reprirent leur chemin

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Bien que la sécheresse se fasse vite sentir dans ces contrées, les paysages de l'Anatolie -là où s'élevèrent jadis d'anciens royaumes- restent encore relativement prospères et l'agriculture y est développée

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien De grands espaces finissent par s'ouvrir après une semaine de voyage, marquant la fin du royaume des Grecs. Les ambassadeurs et les archevêques furent accueillis, par-delà de grands monts, par les émissaires du Calife, venus de Bagdad. En effet, si Bagdad demeurait le but principal du voyage, il avait été convenu entre le Calife et l'empereur Charles, qu'une partie de la troupe se séparât alors, pour partir jusqu'aux frontières du monde connu, l'autre parti se dirigeant directement sur la capitale des Abassides, au bord des grands fleuves de l'Euphrate et du Tigre

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien La partie de la troupe restant prit résolument la direction de l'Orient. De grandes montagnes furent encore cotoyées. La chaleur cependant créait de grands déserts

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Après deux semaines d'un voyage épuisant pour les hommes et pour les bêtes, nos guides perses nous dirent que nous étions arrivés au célèbre fleuve qu'Alexandre le Grand avait traversé, et qui s'appelait l'"Oxus". Le fleuve, vaste, serpente dans de grands paysages désolés et plats

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien De là, on obliqua vers le nord-est et, bientôt apparurent un formidable entrelac de puissantes montagnes, aussi hautes que jamais personne de la troupe n'en avait encore jamais vues. Il semble que certaines routes, malgré cette formidable barrière, voient cependant passer des caravanes de marchands, lesquels, soit dans ce sens, soit dans l'autre, atteignent à l'Inde et à ses dépendances

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Les guides perses dirent qu'ils ne pouvaient aller au-delà et, une fois, donc, vue la route par laquelle on peut atteindre à l'Inde, la troupe rebroussa chemin. Une fois de retour dans les vastes plaines des gens de Bactriane, on retrouva des pistes plus directes et plus fréquentées, qui, par le centre de l'antique Perse, ramenèrent le parti franc jusqu'à Bagdad, où l'on retrouva la partie de l'ambassade qui y était déjà arrivée. Ville puissante et riche, Bagdad est la capitale du grand roi, Roi des rois et Calife des Musulmans, le puissant prince Haroun

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien L'ambassade dura, nous permettant de voir comme cette partie de la Perse touche à un océan méridional fort chaud, et partout ailleurs bordé de déserts. Puis, quand il fallut reprendre la route, nous fûmes autorisés à nous rendre vers la Terre Sainte et sa capitale, Jérusalem. Suivant d'autres routes que suivent les marchands et qui les mènent du Tigre et de l'Euphrate vers la terre des Philistins et ses abords, nous vîmes l'ancienne capitale du Califat arabe, l'antique Damas, maintenant bien abandonnée et peu peuplée. L'avantage qu'avaient les Arabes d'avoir leur capitale là était qu'ils avaient la mer peu loin et qu'ils y contruisaient leurs bateaux

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingienOn toucha enfin à Jérusalem, la ville du tombeau de Notre-Seigneur Jésus-Christ et où l'on voit encore la grande basilique que Sainte Hélène y fit construire

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Après deux mois à visiter les Lieux Saints et à s'enquérir du soin des peuples chrétiens qui y habitaient, les ambassadeurs et les archevêques purent trouver un bateau qui, ayant amené des pélerins depuis le Sud de l'Italie, y repartait. Embarquant hommes, chevaux et bagages, la troupe fut de retour dans le Sud de l'Italie et, de là, n'eut plus qu'à remonter vers le Nord, en direction du pays franc. Rome, ainsi, se trouvait sur la route et les comtes et les archevêques ne manquèrent de s'y arrêter. Ils furent accueillis par le pape et ils visitèrent la tombe de l'Apôtre

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien Serpentant par les vallées des Alpes, passant de hauts cols sauvages, on finit par retoucher à la Bavière

 

image illustrant le voyage d'un comte carolingien jusqu'aux extrêmités du monde

image d'accompagnement du récit du voyage d'un comte carolingien De là, on suivit le Rhin. L'empereur, cette année-là, se trouvait dans son palais de Cologne

images Alpes, Bulgarie, Anatolie, Géorgie, Turkmenistan, Oxus, Bagdad, Damas, Rome, Alpes (2), Rhin sur la base d'images sous le régime de la license GNU (dont une copie -en anglais- est disponible à WikipediA); image Pamir sur la base d'une image sous le régime de la license Creative Commons Attribution 1.0 (dont une copie -en anglais- est disponible à http://creativecommons.org/licenses/by-sa/1.0/); image Jérusalem sur la base d'une image sous le régime de la license Creative Commons Attribution 2.0 (dont une copie -en anglais- est disponible à http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/)

Website Manager: G. Guichard, site Learning and Knowledge In the Carolingian Times / Erudition et savoir à l'époque carolingienne, http://schoolsempire.6te.net. Page Editor: G. Guichard. last edited: 12/28/2010. contact us at geguicha@outlook.com