logo du site et renvoi à la page d'entrée principale Erudition et savoir à l'époque carolingienne arrow back page d'accès plan du site

image décorative pour la page d'entrée de la partie française; reliquaire d'Eginhard
reliquaire d'Eginhard

bandeau décoratif pour la page d'entrée de la partie française; bandeau semblable à celui de la page d'accès générale mais de taille plus réduite

image décorative La civilisation européenne naît, au Vème siècle, de la chute de l'Empire romain. Elle naît de la rencontre entre les conquérants germains, les peuples de cette partie de l'Europe et l'Eglise catholique. L'époque carolingienne fait partie de cette construction. Les Carolingiens, au VIIIème siècle, commencèrent de régner sur un vaste domaine s'étendant de la Baltique à l'Espagne et de la mer du Nord à l'Italie. C'est ce qui permit la renaissance carolingienne, ce mouvement culturel qui permit de sauvegarder les oeuvres de l'Antiquité. Le rétablissement d'un fort gouvernement par Charlemagne et les premiers Carolingiens au cours du VIIIème siècle, apporta une renaissance du commerce et de la culture en Europe. Il n'est pas sûr, cependant, que cette renaissance ait été le but premier de Charlemagne. Il est possible qu'elle n'ait été que le produit dérivé de la volonté plus générale de ramener le clergé de l'époque à plus de savoir et de refonder l'autorité du roi des Francs sur un réseau d'administrateurs sachant pratiquer l'écrit et la lecture. C'est cet effort, cependant, qui permit que l'héritage de l'Antiquité passât aux générations suivantes. L'époque carolingienne, d'une façon générale, se situe en des temps où la culture européenne naît définitivement, à la fois distincte de l'Antiquité et de Byzance, mais elle fut cependant rapidement détournée au profit d'une conception césaropapiste de la renaissance impériale en Occident, du gallicanisme et même des erreurs du rationalisme. L'Occident est un monde à la fois de la marge -la démographie se maintient à peine contre les épidémies ou contre la famine, les villages ne se développent que dans les clairières et les forêts restent le lieu de la nature sauvage et des brigands -les "bagaudes- voire des ermites et monastères- et un monde qui se construit -poursuite de la construction de l'Occident, réaffirmation du monde franc en Europe, culture des monastères, réaffirmation de la papauté. Les Mérovingiens et les premiers royaumes barbares, avec les peuples germaniques, apportèrent un caractère fruste et une vie axée sur la survie, héritée de la dureté de la vie sur les sols pauvres et dans les forêts de Germanie; les Carolingiens représenteront, avant le "blanc manteau" et la ferveur de la renaissance des temps romans, le dernier épisode de temps marqués par l'Apocalypse et les angoisses de famine, peste et mort. Les réalités de l'époque carolingienne furent celles d'affinités ethniques et de liens sociaux

arrow back .Le contexte .Charlemagne et Alcuin .Les érudits carolingiens .Rome et Iona .Les arts libéraux .Une base pour la renaissance du Moyen-Age

arrow back Le contexte
Commençons par le contexte. Les pages suivantes vous mènent dans la chronologie, la société et l'état du monde à l'époque carolingienne. Les Carolingiens, en effet, prennent le pouvoir au milieu des désordres de l'époque mérovingienne et deviennent ainsi la deuxième race des rois francs. L'époque est celle de l'avance de l'Islam sur le Sud de l'Europe et d'une Byzance qui perpétue l'idée d'empire. Les Carolingiens, qui vont finir par règner sur une vaste partie de l'Europe, vont devenir les défenseurs de celle-ci et ils vont réussir à faire que les Byzantins reconnaissent la renaissance de l'Empire dans l'Ouest de l'Europe. Charlemagne aura bénéficié de sa longévité qui lui aura permis un règne de 46 ans ce qui lui a assuré un avantage par rapport à des concurrents aux règnes plus fragmentaires. La concomitence de cette durée avec celle des pontificats ainsi que son réalisme ou son attachement à faire naître la Cité de Dieu expliquent aussi le potentiel -quoi que césaropapiste- carolingien. Charlemagne a stabilisé l'Occident au terme des 4 siècles qui ont suivi les Grandes Invasions et, tout considéré, les Carolingiens font encore partie ce qu'on appelle les "Dark Ages" dans le monde anglo-saxon, ces âges sombres du Haut-Moyen Age
image décorative .Le royaume franc en 780 .Peuples et pays .Les Carolingiens et l'Eglise .Grands Textes (Eginhard, etc)

arrow back Charlemagne et Alcuin
A partir de 780, Charlemagne entreprend de compléter par le savoir l'entreprise qu'il mène par les armes pour agrandir et développer le royaume franc. En 781, à Parme, il rencontre Alcuin. Alcuin est né en 735. Depuis 767, il est devenu le maître de l'école cathédrale d'York. Charlemagne lui propose de devenir maître de l'Ecole palatine. Une école du palais ("scola palatina") existait déjà à l'époque mérovingienne et était un lieu, à la cour, où les jeunes nobles Francs apprenaient l'art de la guerre et les manières de cour. Sous Charlemagne, l'Ecole palatine va devenir un lieu d'apprentissage culturel. Un autre aspect de l'effort de Charlemagne est qu'il va enrôler les clercs du royaume. Par une série de capitulaires (capitulaire de 787, concile d'Aix-la-Chapelle 789), le clergé est invité à devenir plus instruit, à la fois pour l'intérêt de l'Eglise elle-même, et, en même temps, de façon que la réforme de l'éducation soit propagée dans tout le royaume. Les écoles monastiques et cathédrales n'allaient pas tarder à apparaître en nombre
image décorative .Evolution générale de la culture de Rome aux Carolingiens .La renaissance carolingienne .Alcuin .Paulin .L'enrôlement du clergé .L'Ecole palatine

arrow back Les érudits carolingiens
On pense qu'avant qu'Alcuin ne devienne maître de l'Ecole palatine, divers érudits originaires d'Irlande se trouvaient déjà dans le royaume franc. Alcuin les auraient incorporés au service de la nouvelle politique. Puis l'Ecole palatine et les autres écoles du royaume formèrent la génération des maîtres suivants. Une étape importante fut l'école du monastère de Fulda, fondée par Raban Maur. D'autres générations d'Irlandais vinrent ensuite, sous les successeurs de Charlemagne, dans ce qui était devenu l'Empire carolingien. Parmi eux, le plus connu est sans doute Jean Scot Erigène. Il est possible que la première époque de la renaissance carolingienne, celle de Charlemagne et d'Alcuin, ait été essentiellement "utilitaire" mais que ce but premier ait été dépassé ensuite par une réelle volonté intellectualisante
image décorative .Les élèves d'Alcuin .Raban Maur .Les Irlandais

arrow back Rome et Iona
Deux principaux courants d'érudition apparurent dans le royaume, puis l'Empire franc. Le premier, entamé par Alcuin même, était d'orthodoxie romaine et se rattachait à la tradition de Canterbury , Jarrow et York. Le second venait d'Irlande et se rattachait à ce mouvement qui, depuis Iona, avait déjà répandu la culture classique en Angleterre et sur le continent. L'école d'Alcuin se fondait essentiellement sur Cassiodore, St Isidore et Bède le Vénérable. Les Irlandais se fondaient, eux, sur l'enseignement du grec, des néo-platonistes et sur Martianus Capella
image décorative .L'école de Jarrow .L'école d'Iona .La transition entre culture antique et culture de l'Occident

arrow back Les arts libéraux
De l'Ecole palatine aux écoles monastiques et cathédrales, c'étaient les arts libéraux que l'on enseignait. Par là on entendait les domaines de l'érudition réunissant le savoir tel qu'on le comprenait à l'époque : la grammaire, la rhétorique et la dialectique (ces trois premiers domaines formaient le "trivium"); l'arithmétique, la géométrie, l'astronomie et la musique (qui formaient le "quadrivium"). On avait ainsi là, en fait, les humanités et les sciences. Trivium et quadrivium permettent d'assimiler la culture antique: histoire, droit et philosophie et donc maîtriser les problèmes gééraux de la vie publique que vont rencontrer les administrateurs. L'enseignant lisait et les élèves écrivaient sur leurs tablettes de cire. Une discipline stricte était assurée par le "proscholus", le responsable pour la discipline
image décorative .Les arts libéraux .Les écoles .L'enseignement

arrow back Une base pour la renaissance du Moyen Age
Les efforts entrepris à l'époque carolingienne en matière d'éducation sont importants en ce que, malgré les désordres qui n'allaient pas tarder à apparaître, ils continuèrent de façon souterraine, jusqu'à l'aube des universités médiévales, partout où les troubles n'empêchaient pas le fonctionnement des écoles dans les monastères et les cathédrales. Reims, Fulda, St-Gall, Liège ou Laon furent des centres d'érudition qui apparurent à l'époque carolingienne. La culture antique fut ainsi préservée jusqu'au moment où les temps furent mûrs pour une véritable renaissance. On ne doit pas minimiser, d'autre part, que les penseurs et les théologiens de l'époque carolingienne furent, en fait, les réels fondateurs de la scholastique, ce renouveau de la pensée catholique, qui culmine au XIIIème siècle. Il se pourrait bien, par ailleurs, que Byzance ait joué, d'une façon plus générale un rôle fondamental dans l'histoire de l'Ouest de l'Europe
image décorative .Fulda .Les écoles de l'époque carolingienne .La renaissance médiévale .Byzance et l'Occident

vignette-lien vers comment un comte carolingien, envoyé à Bagdad, aurait pu voyager jusqu'aux extrêmités du monde Comment un comte carolingien, envoyé à Bagdad, aurait pu voyager jusqu'aux extrêmités du monde

vignette-lien vers comment un érudit carolingien verrait l'Univers et le monde aujourd'hui Comment un érudit carolingien verrait l'Univers et le monde aujourd'hui

Données légales | Copyright | Respect des données personnelles | Qui sommes-nous?
Website Manager: G. Guichard, site Learning and Knowledge In the Carolingian Times / Erudition et savoir à l'époque carolingienne, http://schoolsempire.6te.net. Page Editor: G. Guichard. last edited: 4/2/2015. contact us at geguicha@outlook.com