logo du site et lien-retour vers la home page française flèche retour Erudition et savoir à l'époque carolingienne
image décorative .Le royaume franc en 780 .Peuples et pays .Les Carolingiens et l'Eglise .Textes de l'époque carolingienne

Textes de l'époque carolingienne

bandeau décoratif pour les pages du site, qui rappelle celui de la page d'accès général et celui de la home page de la partie française

De grands textes -et de moins grands- écrits par des contemporains, ou des textes venant du pouvoir ou des particuliers, permettent, par leurs anecdotes ou leurs notations, de mieux apprécier les traits fondamentaux de l'époque. On peut aussi, par les biographies voire les annales, apprécier les styles littéraires de l'époque. Ces textes sont rarement disponibles en français. Ces textes ont été traduits de leur version anglaise. On donne également des références utiles sur les MGH ("Monumenta Germaniae Historica"), cette source fondamentale pour l'histoire carolingienne, maintenant accessible en ligne

flèche retour vers le haut
La Vita Karoli d'Eginhard
Les "Annales regni francorum" (741-829)
Les annales de Fulda (768-801)
Le De Carolo Magno du moine de St-Gall
Le "De la vie et des actions de l'empereur Louis le Pieux" et l'"Histoire des dissensions des fils de Louis le Débonnaire"
La Vie de St Willibrord (Alcuin)
La Vie de St Boniface (Willibald)
La Vie de Ste Liutbergue
La Vie d'Anskar
Deux exemples d'actes royaux
Textes de la vie quotidienne
Récit d'un pélerinage
Les MGH

flèche retour La Vita Karoli d'Eginhard

La Vita Karoli d'Eginhard est la fameuse biographie de Charlemagne. Son auteur, Eginhard, étudia à l'Ecole Palatine et fut chargé par Charlemagne de la construction de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle et des palais d'Aix et d'Ingelheim. Sous Louis le Pieux, il finit, en 830, par se retirer sur ses domaines de Mühlheim, sur le Main, qu'il transforma en Seligenstadt. Il finira par y fonder une abbaye. C'est sur ses domaines qu'Eginhard rédigea la "Vita Caroli Magni" entre 829 et 836. Sauf quelques points de vue polémiques, elle est une vue fine de la vie du roi, remplie d'anecdotes et de notations qui permettent de bien se rendre compte de l'esprit de l'époque. La traduction a été faite à partir de la traduction anglaise de Samuel Epes Turner (Harper & Brothers, New York, 1880, reprint University of Michigan Press, 1960) tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour Le De Carolo Magno du moine de St-Gall

Le De Carolo Magno du moine de St-Gall (ou "Gesta Caroli Magni") est aussi célèbre que la "Vita Karoli" d'Eginhard. Il semble bien que l'auteur de cette biographie de Charlemagne, le "moine de St-Gall" , soit Notker le Bègue. D'une grande famille de la région de St-Gall et élevé au fameux monastère, il y devint moine et y enseigna à son tour. Le texte est plus tardif que la "Vita Karoli". Il date de 883-884 et est adressé à l'empereur Charles, fils de Louis, qui doit être Charles le Gros. Là encore, le texte est très intéressant par la foule de détails qu'il fournit sur l'époque. Le texte est plus long qu'Eginhard, mais il mérite d'être lu. Traduction du texte anglais de A.J. Grant, Early Lives of Charlemagne by Eginhard and the Monk of St. Gall, Londres, Chatto & Windus, 1926, tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour Le "De la vie et des actions de l'empereur Louis le Pieux" et l'"Histoire des dissensions des fils de Louis le Débonnaire"

Le "De la vie et des actions de l'empereur Louis le Pieux" de Téghan et L'"Histoire des dissensions des fils de Louis le Débonnaire" de Nithard, se trouvent, en français, dans l'édition par Guizot, le ministre de Louis-Philippe, sur le site "L'antiquité grecque et latine du moyen âge", de Philippe Remacle; on y lit de bonnes choses sur Louis le Pieux et sur les guerres qui affaiblirent l'héritage de Charlemagne ; sur le même site, on pourra accompagner le deuxième texte du "Poème sur la bataille de Fontenay" d'Angilbert, qui déplore ce combat fratricide qui tua tant de guerriers francs

flèche retour Les "Annales regni francorum" (741-829)

Les "Annales regni Francorum inde a. 741 usque ad 829, qui dicuntur Annales Laurissenses maiores et Einhardi" (ou Annales Regni Francorum, ou Annales royales) présentent, pour chaque année, un texte important et sont généralement considérées comme la référence principale pour l'époque de Charlemagne. Ce texte est un extrait, traduction du texte disponible, en latin, sur le site électronique des MGH (Monumenta Germaniae Historica)

vers le texte

flèche retour Les annales de Fulda (768-801)

Les annales de Fulda sont l'une des sources importantes de l'histoire carolingienne. En tant qu'annales, elles présentent succinctement les faits qui se sont produits, année après année, entre 714 et 901. A la différence d'annales encore plus simples, les annales de Fulda sont relativement élaborées et leur latin est assez élaboré également. Ce texte est un extrait, couvrant le règne de Charlemagne jusqu'au sacre et c'est une traduction du texte disponible, en latin, sur le site électronique des MGH (Monumenta Germaniae Historica); pour un passage plus tardif où on voit la Francie orientale se tourner vers les frontières slaves, voir le site "L'antiquité grecque et latine du moyen âge", de Philippe Remacle, où (on trouvera une version française accompagnée de l'original latin)

vers le texte

flèche retour La Vie de St Willibrord (Alcuin)

D'une époque plus ancienne puisqu'elle évoque la vie de St Willibrord, l'évangélisateur des Frisons -du temps de Pépin II et de Charles Martel- cette vie de St Willibrord est d'Alcuin. Cette vie a été écrite pour être lue à l'office. Alcuin l'écrivit à la demande de Beornrade, abbé d'Echternach et archevêque de Sens. Alcuin lui-même devait avoir un intérêt à ce travail puisqu'il était un parent de Willibrord et le possesseur légal du monastère de St-André, sur un promontoire surplombant l'embouchure de la Humber, en Northumbrie, qui avait été fondé par Wilgils, le père de Willibrord. La vie de St Willibrord date de vers 796. Traduction du texte anglais de C. H. Talbot, The Anglo-Saxon Missionaries in Germany, Being the Lives of SS. Willibrord, Boniface, Leoba and Lebuin together with the Hodoepericon of St. Willibald and a selection from the correspondence of St. Boniface, (Londres et New York: Sheed and Ward, 1954) tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour La Vie de St Boniface (Willibald)

St Boniface est l'"Apôtre de Germanie". Il évangélisa les peuples de l'actuelle Allemagne. L'ouvrage a été écrit par Willibald, un prêtre (et non pas l'évêque d'Eichstatt), sans doute missionnaire d'origine anglaise, du diocèse de Mayence, entre 754 et 768. Le livre est dédié à Megingoz, évêque de Würzburg. et il avait été demandé, par les amis de Boniface en Grande-Bretagne, en France et en Allemagne, au successeur de Boniface à Mayence, Lull. Ce dernier choisit Willibald. Willibald, en tant que simple prêtre n'eut jamais de contact direct avec Boniface et son récit se fonde sur ce qu'il avait collecté auprès des disciples du saint. Traduction du texte anglais de C. H. Talbot, The Anglo-Saxon Missionaries in Germany, Being the Lives of SS. Willibrord, Boniface, Leoba and Lebuin together with the Hodoepericon of St. Willibald and a selection from the correspondence of St. Boniface, (Londres et New York: Sheed and Ward, 1954) tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour La Vie de Ste Liutbergue

La vie de sainte Liutbergue a été écrite vers 870 par un moine de Halberstadt qui avait été proche d'elle jusqu'à la mort de celle-ci, vers 866-876. Ce texte donne une vue plus intimiste, et plus centrée sur une figure féminine, de l'époque carolingienne. Traduction d'un texte anglais (et notes) de Jo Ann McNamara, jmcnamar@shiva.hunter.cuny.edu, 1997 qui traduit la Vita S. Liutberga, édition G. H. Pertz, Monumenta Germaniae Historica (MGH) SS 4. Traduction anglaise sur le site Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour La Vie d'Anskar

Ce texte est sur St Anskar, l'"apôtre du Nord", celui qui, le premier, à l'époque carolingienne, entreprit la conversion des Danois et des Suèdois. Le texte permet une échappée très intéressante sur les confins septentrionaux de l'Empire dans la première partie du IXème siècle ainsi que sur le travail missionnaire au-delà de Hambourg. La vie d'Anskar fut écrite par Rimbert, son disciple et successeur à l'archevêché de Brême. Corbie, dans le diocèse d'Amiens, est une des écoles monastiques les plus florissantes des débuts du IX&egave;me siècle. Elle produisit nombre d'érudits célèbres, ainsi Pascase Radbert. Elle forma aussi plusieurs missionnaires qui allèrent évangéliser au Danemark, en Suède et ailleurs. St Anskar fonda, en 822, Corwei (ou Corvey) en Saxe, qui sera -la "Nouvelle-Corbie"- pour cette région ce que Corbie avait été pour le royaume franc. Anskar (ou Anscaire), avec son condisciple Aubert, furent choisis en 826 pour reconduire au Danemark le roi Herold, réfugié à la cour de Louis le Pieux et converti. Le voyage ayant été contrarié, le deux moines s'arrêtèrent en Frise, y fondèrent une école et firent de nombreuses conversions. De Frise, Anskar passa en Suède avec Vitmar, un autre moine de Corbie, devenant les premiers à évangéliser dans ce pays. Ebbon, archevêque de Reims, eut part à l'ouvrage puisqu'il était parti évangéliser au Danemark; ensuite, il fit ordonner un de ses parents, Gausbert, et l'associa à Anskar, qui était alors devenu archevêque d'Hambourg. Les missions vers les pays du Nord furent continués par les moines de la Nouvelle-Corbie: Nithard, martyr en Suède, Adalgaire, archevêque de Brême, Hoger, archevêque de Hambourg. Witmar fut évêque des Suédois et Gislemar évêque des Danois. Helocon et Ailbolde évangélisa les Normands. Traduction du texte anglais de Charles H. Robinson, Anskar, The Apostle of the North, 801-865, translated from the Vita Anskarii by Bishop Rimbert his fellow missionary and sucessor, London, SPCK, 1921, tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour Deux exemples d'actes royaux

Les actes de la chancellerie royale qui accordent des terres, des biens ou tel ou tel statut juridique à une église ou un monastère sont des sources très vivantes. On en donne ici deux exemples (traduction du texte disponible, en latin, sur le site électronique des MGH (Monumenta Germaniae Historica))

vers les textes

flèche retour Textes de la vie quotidienne

Les inventaires des domaines ou autres textes régissant les domaines royaux donnent de bonnes indications sur le quotidien des hommes du temps

vers les textes

flèche retour Récit d'un pélerinage

Willibald, futur évêque, fit, dans sa jeunesse, un long voyage en Terre Sainte dans les années 720. Il n'existe pas d'autre récit de pélerinage pour l'époque carolingienne avant celui du moine Bertrand, vers 865 (dont nous ne disposons pas du texte pour l'instant). La narration, Le Hodéporicon de St Willibald, a été écrite entre 761 et 786 par Hunebergue, nonne anglo-saxonne, plus ou moins apparentée à Willibald, au couvent de Heidenheim, sur le continent. Ce texte est intéressant par la description qu'il fait des lieux mais aussi des façons de se déplacer. La fin, qui voit Willibald devenir l'aide de St Boniface en Bavière, rejoint d'autres textes. Willibald, son frère Winnibald et sa soeur Walburga furent les instruments essentiels de la christianisation de la Franconie (Heidenheim, Eichstätt), terre boisée à la limite des territoires francs et de ceux de Bavière. La traduction a été faite à partir du texte anglais de C. H. Talbot The Anglo-Saxon Missionaries in Germany, Being the Lives of SS. Willibrord, Boniface, Leoba and Lebuin together with the Hodoepericon of St. Willibald and a selection from the correspondence of St. Boniface, (London and New York: Sheed and Ward, 1954) tel qu'il est en ligne sur le Internet Medieval Source Book

vers le texte

flèche retour Les MGH

Les Monumenta Germaniae Historica (littéralement: "Monuments historiques de Germanie", usuellement abrégé "MGH") restent la source fondamentale pour les études carolingiennes. Il s'agit d'un travail de collection de sources accompli au XIXème siècle en Allemagne. Il vise à rassembler en une seule collection toutes les sources pertinentes à l'histoire de l'Allemagne -au sens large- entre la fin de l'Empire romain et l'an 1500. L'essentiel de ce travail fut réalisé à partir de 1826 et fut le point de rencontre entre le nationalisme allemand et le travail d'érudition, ce qui est comparable, pour l'Allemagne, à ce que fut ensuite le travail de Langlois et Seignobos en France. Le maître d'oeuvre des MGH, de 1826 à 1874, fut G. H. Pertz puis G. Waitz lui succèda. La plupart des sources utiles à l'histoire carolingienne se trouvent dans les volumes des MGH: annales, vies, lettres, auteurs, actes de chancellerie, lois, chartes. Toutes ces sources ne sont accessibles que dans leur langue originelle -le latin, pour l'époque carolingienne- et l'appareil critique est également aussi, malheureusement, en latin seulement. Les MGH sont maintenant entrés dans l'ère digitale. Leur site est à: http://www.mgh.de/. Toute la série est maintenant accessible sous forme image alors qu'une version texte -qui sera plus utilisable- est en préparation. Il est prévu qu'elle soit terminée en 2010 et une version beta est accessible. Les cinq catégories traditionnelles des MGH sont accessibles: "Scriptores", "Leges", "Diplomata", "Epistolae", "Antiquitates". Les documents sont soumis aux règles usuelles du droit d'auteur. Le site des MGH même est seulement en langue allemande

Website Manager: G. Guichard, site Learning and Knowledge In the Carolingian Times / Erudition et savoir à l'époque carolingienne, http://schoolsempire.6te.net. Page Editor: G. Guichard. last edited: 12/28/2010. contact us at geguicha@outlook.com