logo du site et lien-retour vers la home page française flèche retour Erudition et savoir à l'époque carolingienne
image décorative .Le royaume franc en 780 .Peuples et pays .Les Carolingiens et l'Eglise .Textes de l'époque carolingienne image décorative 2, semblable à la précédente mais plus petite .Des Mérovingiens aux Carolingiens .La géopolitique de 400 à l'an Mil .La réapparition de l'Empire .Les successeurs de Charlemagne .Les origines du système féodal .La dynastie carolingienne (avec notes sur les reines et impératrices) image décorative 2, semblable à la précédente mais plus petite .Gouverner le royaume et l'Empire .Le gouvernement royal sous Charlemagne et Louis le Pieux dans le De Ordine Palatii d'Hincmar de Reims .L'ost .L'oriflamme .Une ville à l'époque carolingienne image décorative 2, semblable à la précédente mais plus petite .Economie et société à l'époque carolingienne image décorative 2, semblable à la précédente mais plus petite .L'idée monarchiste aujourd'hui en France .Charlemagne, les paneuropéens, les Nazis

Le royaume franc en 780

bandeau décoratif pour les pages du site, qui rappelle celui de la page d'accès général et celui de la home page de la partie française, reminder of the one of the main entry home page and the localized home page

Charlemagne (Carolus Magnus, "Charles le Grand") était le fils de Pépin le Bref. Pépin le Bref était le maire du palais du dernier roi mérovingien et il fut finalement couronné roi des Francs en 752, par le pape Zacharie (voir "Des Mérovingiens aux Carolingiens"). Le passage aux Carolingiens, ces Austrasiens, amenait deux nouveautés: le roi est désormais augmenté du sacre; il n'est plus seulement un laïc. Par ailleurs, le passage amena un développement de la politique d'octroi de terres aux fins de fidéliser les Grands du monde franc à la nouvelle dynastie. Sous Charles Martel, celui qui commença cette politique, on confisqua de nombreuses terres à l'Eglise et Pépin le Bref sera obligé de régulariser ces appropriations en redonnant certaines terres à l'Eglise et en donnant aux autres le statut de "precaria verbo regis", "terres détenues à titre de précaire au nom du roi". Cette politique, d'une part, élargit la tendance à la féodalité royale -système dans lequel les "bénéfices" ne sont tenus que de façon viagère et pour servir militairement et, d'autre part, on a là aussi la caractéristique des Carolingiens jusqu'à la fin du règne de Charlemagne: la conquête et la distribution des territoires conquis comme moyen de maintenir la cohésion de l'aristocratie

Charlemagne était né vers 742. A l'âge de 10 ans, avec son frère Carloman, il fut oint, lors de l'évènement de 752, en même temps que son père, par le pape. Lorsque Pépin mourut en 768, le royaume franc fut divisé entre Charlemagne et Carloman. Vers 769, les relations Francs-Lombards-papauté ne sont pas encore bien claires et Berthe, la mère de Charles, envisage des mariages italiens mais le tout se termine par la mort opportune de Carloman et la mise à l'écart de Berthe par Charles. En épousant Hildegarde en 772, Charles commence son règne personnel alors qu'à Rome Adrien Ier, pape d'exception, accède au trône de Pierre. Carloman, règnant depuis Samoussy, dans l'Aisne, semble avoir tendu, dans le cadre des relations entre les Francs, la papauté et les Lombards, à avoir favorisé les Lombards. Sa mort permit à Charles de réunifier ses territoires aux siens, faisant aveugler les seigneurs austrasiens qui auraient refusé de le reconnaître comme nouveau souverain. Les fils de Carloman s'enfuirent dans le royaume lombard. Carloman avait épousé Gerberge, fille de Didier, roi des Lombards. Pendant 40 ans, désormais, de façon peu ordonnée, Charles va s'engager dans une longue série de campagnes militaires pour maintenir, consolider et transformer les terres franques et finalement construire un puissant empire chrétien. D'abord, il règla rapidement la discorde entre le pape Adrien Ier (élu en 772) et les Lombards (près de qui la veuve de Carloman avaient trouvé refuge avec ses enfants). Il entra à Rome en 773 et c'est là qu'il devint conscient qu'il devait être le champion de la chrétienté. Il faudra cependant attendre l'an 800 -26 ans après- pour que Charlemagne soit couronné empereur

vignette-lien vers une carte de l'Empire carolingiencliquez pour une carte de l'Empire carolingien

Entre 774 et 785, Charlemagne mena la guerre à la fois contre les Saxons, et contre les Lombards qui essayaient de reconquérir leur royaume. Charles s'était installé à Paderborn, au plus près de la Saxe. Les Saxons étaient des païens Germains qui vivaient dans la partie septentrionale de l'Allemagne. Dès 772, Charlemagne avait déjà mené une campagne contre eux. Mais ils avaient pris l'occasion de l'implication du roi en Italie pour se soulever à nouveau; cette première campagne avait permis à Charles de détruire leur arbre sacré, l'"Irminsul". Le concile de Quierzy (septembre 774) établit que les Saxons n'auraient d'autre choix que le baptême ou la mort. Pendant 7 ans, jusqu'en 781, Charlemagne mena campagne contre eux pour réaliser cette politique. Un premier palier de cette guerre eut lieu en 777: au Champ de Mai de Paderborn, de nombreux Saxons se firent baptiser. La guerre contre les Saxons allait finir par durer 33 ans alors que les Francs n'obtinrent jamais de bataille rangée et durent toujours mener des actions anti-guérilla. Pendant les opérations de ces années, les Francs finirent par atteindre l'Elbe et donc les terres des Slaves, ainsi les Adobrites

Dans le même temps Charlemagne dut mener une campagne rapide en Italie pour protéger Rome contre la conjonction de différents ennemis : quelques ducs lombards et l'ancienne famille régnante de Lombardie soutenue par l'empereur d'Orient Copronymus. En 777-778, Charlemagne entra en Espagne du nord. Il était préoccupé de l'Eglise d'Espagne et il avait reçu l'allégeance et la promesse d'aide de trois émirs sarrazins contre le roi de Cordoue. Dans l'esprit de Charles, il s'agissait de pacifier le piémont espagnol pour mieux garantir l'Aquitaine et la Septimanie en attaquant, par ailleurs, un Omeyyade ennemi des Abassides qui sont à l'Est de l'Empire byzantin. La campagne ne se passa pas aussi bien que prévu; les traîtres avaient été écartés. L'ost reprit le chemin du royaume franc et, sur la route, mit à sac Pampelune, ville basque -mais chrétienne. C'est dans ce cadre qu'eut lieu la fameuse embuscade de Roncevaux, menant à la mort de Roland. Cet épisode fut à l'origine de la Chanson de Roland. L'embuscade de Roncevaux dissuadera Charles de jamais revenir en Espagne. En 779, on prit le capitulaire d'Herstal, capitulaire sur la justice et le commerce des esclaves

Fin 780, Charles considère que des étapes importantes ont été franchies et il part pour une sorte de "tournée triomphale" à Pavie et Rome. Commence la politique des "rois" locaux: Pépin en Italie, Louis en Aquitaine. En termes de relations internationales, Irène est devenue impératrice d'Orient et n'a rien contre un rapprochement avec les Francs. Du séjour, Charles ramènera Alcuin et d'autres érudits. Alors que les opérations contre la Saxe reprennent (défaite franque du Süntelgebirge et massacre de Verden en 782), la reine Hildegarde et Berthe, la mère de Charles meurent (783). En 785, les Saxons épuisés, Widukind, leur chef, accepte le baptême et Charles promulgue le capitulaire saxon aux fins de la christianisation de ce peuple. La victoire sur les Saxons par le roi chrétien fut, finalement, la victoire que jamais les Romains n'avaient pu obtenir sur la Germanie. Chez les Francs, Alcuin et Paul le Diacre unifient et purifient la liturgie et Alcuin sert d'intermédiaire aux deux césaropapistes que sont Charles et Offa, roi anglais de Mercie. Puis (786-787), le pape tendant à écouter Irène qui, de Byzance, souhaiterait un concile sur l'iconoclasme, le roi s'efforce de mettre en ordre le royaume agrandi: mise en place de comtes austrasiens et respect de la culture locale essaient d'arrêtre les complots et mouvements divers -dont un souci du pape de son autorité dans la péninsule- de l'Italie à la Saxe, la Bretagne ou l'Espagne. 787 voit la soumission définitive de la Bavière. Fin 788, à 46 ans, Charles atteint un premier apogée: le césaropapisme a mis le pape sous tutelle, l'Italie est pacifiée, la Bavière quasi-rattachée, les Saxons et les Avars contenus, Byzance, malgré les débuts du concile de Nicée, est loin et une paix relative règne dans les territoires de la domination franque

Après avoir protégé, au-delà de l'Elbe, les Abodrites d'autres Slaves, les Wilzes, l'"Admonitio generalis" de 789 est le premier effort pour instaurer la Cité de Dieu par le césaropapisme, le serment de fidélité et les missi. 790 sera la première année sans campagne, 791 celle de la principale campagne contre les Avars. Cette paix relative est cependant vite remise en cause: 792 et 793 voient un renouveau de la révolte saxonne, les Avars, l'Italie, l'hérésie adoptianiste, le complot de Pépin le Bossu, un raid arabe en Septimanie, la famine voir l'échec des Fosses carolines. A partir de là, Charles va se contenter de défendre et consolider le royaume qu'il a construit et qui, désormais se confond avec l'Occident. D'abord le concile césaropapiste de Francfort (794), mêlant affaires d'Eglise et du siècle, répond à celui de Nicée et perpétue le quiproquo par lequel les Francs pensent que Nicée a autorisé l'adoration des images. La reine Fastrade morte, Charles se marie une troisième fois et Léon III devient le nouveau pape -contesté- en 796 (il est le premier pape dont l'élection est d'abord notifiée au roi franc et non plus au basileus d'Orient); il donne l'oriflamme à Charles. Les Avars sont définitivement soumis. Alors que 800 approche, l'attentat contre Léon III à Rome et la faiblesse de Byzance font, par exemple, qu'Alcuin voit dans le roi des Francs, le seul pouvoir sur lequel l'Eglise peut compter et la tradition romaine de la théocratie à l'Ouest voit en ce Charles celui qui va lui permettre d'être mise en oeuvre. La reine Liutgarde morte, le roi ne se remariera plus et il part pour Rome. Ce sera le couronnement de l'an 800, restauration du pape et évènement impérial encombré de débats qui, cependant, reste une des étapes importantes de l'histoire de l'Ouest européen

A 60 ans, l'énergie de Charles passe, après le couronnement, à l'activité législative, qui vise, via des capitulaires césaropapistes, à la Cité de Dieu avec une sorte de renaissance des concepts politiques abstraits ("res publica"; attribution de circonscriptions aux missi, nouveau serment obligeant à une participation active). 801 est l'annéde de l'ambassade du "roi des Perses": les deux puissances ont un intérêt commun à s'entendre (Espagne, Byzance, Terre Sainte et pèlerins). Pour ce qui est de la réaction de Byzance à la restauration impériale en Occident, s'établit un équilibre des forces puis, avec la chute d'Irène, Byzance finira par reprendre l'offensive en Vénétie et Dalmatie avant d'aboutir, vers 812, avec l'empereur Michel, à la reconnaissance qu'il existe désormais deux empires: celui d'Occident et celui d'Orient. D'une façon générale, les activités militaires, secondées par les fils de Charles, se contenteraient désormais d'assurer les frontières mais les troubles y demeureront jusqu'à la mort de Charles en 814: Slaves, Danois, pirates sarrasins au Sud. Alcuin meurt en 804; de 805, pendant plus de 2 ans, une grave famine sévit et le commerce vers chez les Slaves et l'ancien pays des Avars doit passer par des villes de péage précis. En 806, Charlemagne, sa santé évoluant, une génération de ses compagnons disparaissant, doit envisager de partager l'Empire, à sa mort, entre ses fils ("Divisio regnorum"). Pour ses missi, il manque de personnel et pour l'ost de soldats. En 807, une nouvelle ambassade du roi des Perses est reçue. Après la mort de Pépin, roi d'Italie, en 810, Charles, 69 ans, a rédigé son testament. Son fils Charles meurt en 811. En 813, Charles fait venir Louis d'Aquitaine à Aix. Seul héritier désormais, son père -sans doute parce que Byzance a fini par admettre l'existence de l'Empire d'Occident- en septembre, le fait reconnaître comme héritier du titre impérial par les Grands, clercs et laïcs. A la fin du règne, Charles n'est plus entouré que de courtisans. Il a développé une forme d'autoritarisme face aux dysfonctionnements qui ne peuvent manquer de se produire dans les vastes territoires qu'on veut gouverner désormais comme un empire. De là, plus aucun responsable ne veut prendre d'initiative et tout remonte à l'empereur dont on attend les ordres. Arrive janvier 814 et Charlemagne, d'avoir pris froid soit en chassant soit en sortant du bain, contracte une pleurésie qui l'emporte le 28 janvier. Selon certains, un ensemble de présages l'avaient annoncé et on enterra rapidement l'empereur -qui n'avait laissé aucune disposition- dans la chapelle d'Aix, sans doute de peur que l'abbaye de St-Denis ne réclame le corps. Lorsqu'Otton III, de la lignée de ces Ottons à qui la papauté avait passé l'Empire vers 950, fit ouvrir, le jour de la Pentecôte de l'an Mil, la tombe de Charlemagne pour en obtenir l'approbation de ses utopies universalistes, on trouva le corps de Charles momifié, assis sur le trône de marbre, tenant le globe et le sceptre et l'Evangile posé sur les genoux. Charlemagne avait été enterré Bible en main, avec le doigt pointant sur Matthieu 16.26: "Que servira-t-il donc à l'homme de gagner le monde entier, s'il ruine sa propre vie? Ou que pourra donner l'homme en échange de sa propre vie?" Charles, en vieillissant, souffrait de goutte et il boîtait d'une jambe. Le sarcophage dans lequel il prévoyait d'être enterré figurait Proserpine et Pluton, déesse et dieu des Enfers

Website Manager: G. Guichard, site Learning and Knowledge In the Carolingian Times / Erudition et savoir à l'époque carolingienne, http://schoolsempire.6te.net. Page Editor: G. Guichard. last edited: 4/4/2015. contact us at geguicha@outlook.com