logo du site et lien-retour vers la home page française flèche retour Erudition et savoir à l'époque carolingienne
image décorative .Evolution générale de la culture de Rome aux Carolingiens .La renaissance carolingienne .Alcuin .Paulin .L'enrôlement du clergé .L'Ecole palatine

Paulin

bandeau décoratif pour les pages du site, qui rappelle celui de la page d'accès général et celui de la home page de la partie française

Paulin est, avec Alcuin, l'autre maître d'oeuvre de la renaissance carolingienne. Il naquit vers 730-740 en Austrasie (d'autres sources en font un fils de famille romaine d'Italie du Nord). Pour des raisons indéterminées, il passa en Italie, y devenant un professeur de lettres réputé et maître de l'école de Cividale. Il acquit une vaste culture tant latine et païenne que chrétienne et il avait une connaissance approfondie du droit, de l'Ecriture sainte, de la théologie et de la patristique

En 776, on le retrouve gratifié par Charlemagne d'une terre confisquée sur les Lombards. A peine plus tard, son savoir et sa réputation le font élever à la dignité de patriarche d'Aquilée sous le nom de Paulin II (peut-être en 787). Le titre de "patriarche", plutôt qu'évêque, était employé, sans doute du fait de la proximité des terres byzantines. Il devient très vite, comme le dit Alcuin la "lux Ausoniae patriae", la "lumière de la patrie d'Ausone" (de l'Italie). On lui doit aussi la conversion des Avars, il brilla contre l'hérésie adoptianiste au concile de Francfort de 794, en même temps qu'il fut un conseiller très écouté de Charlemagne, dont en matière religieuse. En tant que conseiller, il finit sans doute par rencontrer Alcuin et ils devinrent amis, Alcuin considérant Paulin comme son maître. Charles avait fait venir Paulin à la cour en 776 pour y être "maître royal de grammaire". Il y rencontra, outre Alcuin, les autres érudits carolingiens comme Eginhard ou Pierre de Pise. Paulin est "missi dominici" (ces fameux envoyés de l'empereur qui, par deux -un laïc, un écclésiastique- faisaient des tournées d'inspection de l'Empire) en 798, avec un dénommé Arno et dix autres évêques. A la suite de cela, Charlemagne le nomma légat impérial auprès du pape

En dehors du rôle qu'il eut dans la renaissance carolingienne et administrateur efficace de son diocèse, saint Paulin eut un rôle important en tant que théologien. Il fut l'un des artisans de la restructuration chrétienne du monde franc et il participa aux assemblées contre l'hérésie adoptioniste, cette hérésie défendue par Félix, l'évêque d'Urgel (Espagne): concile de Ratisbonne (792), rôle clé au synode de Francfort (794), synode de Cividale (796). Paulin fut aussi, par exemple, l'un des grands défenseurs du "Filioque", cet ajout au Concile de Nicée. Paulin, par ailleurs, fut l'artisan principal de l'évangélisation des Avars et des Slovènes. A la suite d'un synode tenu à Salzbourg, il accompagna Pépin dans l'expédition contre les Avars. Paulin mourut en 802 en odeur de sainteté et il apparaît dans la liturgie dès le IXème siècle. Sa fête, au début du XVIIème siècle, passa du 11 janvier au 9 février. Le diocèse de Cividale le fêtait le 2 mars

Website Manager: G. Guichard, site Learning and Knowledge In the Carolingian Times / Erudition et savoir à l'époque carolingienne, http://schoolsempire.6te.net. Page Editor: G. Guichard. last edited: 10/20/2011. contact us at geguicha@outlook.com